musique de concert

Solo

pour guitare, traitement et bande, 2011 (15’)

Note de programme

Solo est une pièce qui traite de la solitude et de l’écoute. Un guitariste seul sur scène. Il passe le temps. Des fragments de mélodies et de mémoires pour meubler le silence. Un musicien pratique et joue pour lui-même. Cadrer ces moments de fragilité, un espace vide qui résonne, où l’on s’abandonne au son et où nait la musique.

_

Réalisé au studio personnel du compositeur à Montréal [CA] et lors d’une résidence à Copenhague [DK] en 2011. La composition de Solo n’aurait pas été possible sans la généreuse invitation de Tim Brady et sans le soutien du Conseil des Arts du Canada.

Sur un fil

pour quatuor à corde et transducteurs électriques, 2011 (2’30)

_

Réalisé au studio personnel du compositeur à Montréal [CA] en 2011. La composition de Sur un fil paraîtra sur l’étiquette QB du Quatuor Bozzini.

Suite_04

bande, 2009 (18’)

Dans la tradition philosophique matérialiste qu’inaugurent Épicure et Lucrèce, les atomes chutent parallèlement dans le vide, suivant une légère diagonale. Si l’un de ces atomes dévie de sa course, il « provoque une rencontre avec l’atome voisin et de rencontre en rencontre un carambolage, et la naissance d’un monde ».

— Nicolas Bourriaud, L’esthétique relationnelle, 1998

Une pièce par tableaux. Divers endroits figés. L’ennui. La poésie de l’immobile. Comment actualiser la suite de danses imposée à l’époque baroque ? Bach composait des suites de six mouvements : prélude, allemande, courante, sarabande, gavotte 1 et 2, et gigue. Bien sûr, il y a des variantes. J’ai trouvé fascinant que puis son Allemagne natale, Bach avait accès aux partitions venant de France, d’Italie, d’Espagne et d’Angleterre. Comment notre accès au monde aujourd’hui est-il transcrit dans nos oeuvres ?

C’est par une rencontre entre le réel et l’onirique que j’ai exprimé mon idée de la Suite. Entre espace ou état psychologique, la musique.

_

Réalisé au studio personnel du compositeur à Montréal [CA] et au Conservatoire de musique de Montréal en 2009

Fabbrica_01

bande, 2008 (9’04)

L’atelier tout à la fois lieu de travail et travail du lieu. […] La transformation d’un site environnant (son air, son brouillard, son atmosphère particulière) en paysage de la psyché, en caractère stylistique, en empreinte de l’intimité? […] Les choses de l’art commencent souvent au rebours des choses de la vie.

— Georges Didi-Hubermann, Génie du non-lieu, 2001

En enregistrant des artistes se préparer au travail, ces gestes simples, rituels, banals, je prends conscience des choses de la vie pour en faire une œuvre: la sculpteure qui cherche son argile et l’installe sur son tour, l’artiste sonore qui cherche son fer à souder pour fabriquer un amplificateur ou encore une danseuse qui pratique dans le silence de son art. Dans un second temps, je recrée ces lieux, le travail du lieu, dans un espace défini. J’espère ainsi rendre compte, déceler la matière.

_

Réalisé au studio personnel du compositeur à Montréal [CA] et au Conservatoire de musique de Montréal en 2008

Le pont du souvenir

bande, 2007 (5’54)
Note de programme

Olivier Girouard | composition
Lana Tomlin| violon

La vue dit trop de choses à la fois
L’être ne se voit pas. Peut-être s’écoute-t-il ?

                                                                                                                                                     — Gaston Bachelard, L’intuition de l’instant, 1932

Le pont du souvenir s’inspire du blanc de la neige suspendu et du miroitement du ciel en parcelles sur les yeux. Je cherchais par cette pièce à laisser entendre la matière brute du pont. La structure métallique, le vent qui embrasse un fil de fer, les voitures, les pas sur la neige. Le violon, c’est le parcours morcelé de celui qui le traverse. Le dehors et le dedans. Déséquilibrer l’écoute. Dynamismes qui s’inversent. Le pont comme objet résonnant et comme passage obligé, suspendu entre deux rives, qui laisse place à la contemplation. Souvent, c’est au cœur de l’être que l’être est errance.

_

Réalisé au studio personnel du compositeur à Gatineau [CA] en 2007

Le Cygne

pour piano et bande, 2004 (6’17)

_

Réalisé au studio personnel du compositeur à Montréal [CA] en 2004. La composition du Cygne est une commande du pianiste David Lapierre.

À l’ombre du désert

pour octuor de trombones et traitement, 2003 (12′)

_

Réalisé au studio personnel du compositeur à Montréal et à l’Université de Montréal [CA] en 2003.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :