arts visuels

Pour ceux qui oseront un jour l’impossible

installation sonore et cinétique

Ellipses

Olivier Girouard | concept + sons
Jean-Luc Fleurant | conseiller

Inspiré par le traité du funambulisme de Philippe Petit, je suis à la création d’une installation sonore et cinétique qui explore la poésie de la traversée dans le vide. Pour ceux qui oseront un jour l’impossible a pour canevas de base Ellipses une œuvre que j’ai présenté dans le cadre d’Immerson, une série de concert minimalistes organisée par France Jobin à Oboro à Montréal.

La recherche de l’immobilité, l’entrainement, la marche à la mort, le spectacle, la répétition, le vent, la chute, la peur. Tant d’éléments à explorer de façon sonore et scénique pour représenter à la fois le travail du funambule mais surtout, nos vies. Je veux rendre compte de notre capacité d’adaptation face à l’autre et face à l’inconnu. Rendre compte de nos traversées inéluctables et inévitables.

Sieste_05

livre-audio
Sieste_05 from Olivier Girouard on Vimeo.

Olivier Girouard | concept + sons
Urban9 | design + images
Cécile Côté | reliure

Sieste_05 est un livre-musique produit d’une collaboration entre le compositeur Olivier Girouard, l’artiste visuel urban9 et la relieur Cécile Côté. Inspiré de l’album photo ancien dans lequel était intégrée une boîte à musique, Sieste_05 actualise se concept en intégrant un lecteur audio à la couverture d’un livre d’art où l’histoire s’exprime seulement en images et en sons. Sieste_05 explore la profondeur de champ, le double et le symbole.

Le Puits

céramique et musique électroacoustique, 2009

Le Puits from Olivier Girouard on Vimeo.

Marie Côté et Olivier Girouard | conception et réalisation

Il y a une légende scientifique qui dit que si on pouvait regarder de très près chacune des molécules qui constituent la paroi d’une poterie ancienne, on pourrait reconstituer le chant de la travailleuse qui l’a fabriquée.

Le puits est une installation alliant musique électroacoustique et céramique. L’œuvre met en relation le son et les qualités de résonance de l’argile vitrifiée pour évoquer la profondeur des puits.

Le bol en céramique est par nature silencieux. L’étonnement tient à la partie sonore de l’œuvre. Puisque rien ne laisse croire qu’il y a des haut-parleurs cachés dans les bols, le spectateur cherche à comprendre et à saisir d’où proviennent les sons familiers qu’il entend. Les sons de l’atelier diffusés par les bols amènent le spectateur à l’endroit même où les bols ont été créés. Une résonance supplémentaire pour cette œuvre poétique qui plonge le spectateur dans un lieu et une durée qui seraient inexistants en regardant seulement le bol ou en entendant seulement la musique. Le ravissement tient à la coïncidence visuelle et sonore quand le spectateur identifie la source sonore et que du coup ce ne sont plus des haut-parleurs qui diffusent de la musique mais des bols qui chantent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :